Le Blog de Lisa Bettini

Salut, comment tu t'appelles ?

Embouteillages : Direction l'Enfer à toute vitesse.

Aujourd'hui est le plus beau jour de votre vie ? Vous venez de vous marier ou avez gagné 7 millions d'euros au Loto (je vous conseille plutôt le loto) et vous pensez que rien au monde ne peut briser votre extase ?
FAUX ! Je vous parie que si vous prenez votre voiture, là tout de suite et tentez de circuler en ville, vous allez déchanter très vite.

Car PERSONNE, ne peut rester de marbre face aux embouteillages qui sévissent actuellement !

    les embouteillages direction l enfer a toute vitesse

Mais quelle idée ai-je eu … d'avoir voulu aller au travail ?

Horreur : Des voitures par milliers bloquaient tout accès !

Au début tout allait bien, j'écoutais la radio et postais quelques selfies très retouchés sur « Snapchat » #danslesembouteillages.
Pardonnez moi Monsieur l'Agent de prendre mon téléphone au volant, mais y'a pas un passe-droit pour les gens qui sont TOTALEMENT à l'arrêt ? Non ? Ok, voici 3 points ...

Mais à présent, je perds patience et décide d'envoyer un Twitte au compte officiel de la cité impérialement polluée :
« Coucou @VilledAjaccio j'ai fait 1km en 1h. Ceci est un cri d'alerte, je vais jeter ma voiture dans le port... enfin, si j'arrive à y accéder ».
Pas de réponse, le Twitter d'Aiacciu à du se jeter sous les roues du petit train.

Je tente de savoir comment cela se passe du côté de Bastia :
« Coucou @Cita_Bastia, ici les animaux doivent même se déplacer en 4x4 tellement nous sommes nombreux et chez vous ? »
Réponse de la Haute Corse : « Ici, même les voitures... prennent la voiture. Bon courage ! »

Sur la route, les esprits commencent à s'échauffer. A quelques mètres, un homme qui venait de se faire tamponner au ralenti, brandit un cric et menaça le fauteur de troubles.

Ah attendez, j'avance de 4 mètres ! Le sort s’acharne... Voilà que je me retrouve en vis à vis avec Jean-Canaille, l'ex que l'on a largué car il ne voulait pas s'engager. Je fis signe de ne pas le voir, non sans avoir observé que la vie s'était vengée : il roule désormais en Scénic option siège bébé à l'arrière.

Je ne sais plus depuis combien de temps je suis là, transpirant sur mon siège, je deviens complètement folle ! J'ai envie de tout casser ! D'hurler ! De me rouler par terre !

Et là je comprends tout ! Si on dit que nous, les Corses, sommes un peuple impatient et nerveux, c'est à cause des embouteillages !

A la base on était calme, puis un matin on a voulu aller travailler... Et ça nous a changé à jamais.

Lisa ✨

Article paru dans le Magazine Campa Quì n°3 - Edition Hiver 17/18
Visitez leur Page Facebook


Twitter
Facebook
Je me présente